Notre Cégep

Le blogue de la directrice générale du Cégep de Sainte-Foy

J'y crois, je m'engage !

Image_princ_site_Fond.jpgNous avons amorcé il y a maintenant quelques semaines une nouvelle année scolaire, année qui sera très certainement marquée par de multiples événements puisque l'actualité collégiale en 2015-2016 pourrait se révéler  un peu «mouvementée».

Mais au-delà des compressions, des négociations et des tractations politiques, nous avons accueilli en août en nos murs 6550 jeunes motivés et motivants, dont la réussite est au coeur de nos préoccupations. Quel que soit le contexte, c’est pour eux, que nous réfléchissons, concevons et mettons en oeuvre plusieurs projets et que nous avons le souci d'accomplir notre mission éducative avec brio.

Pour nous aider à aller toujours plus loin, à porter nos ambitions pédagogiques et à innover, la Fondation du Cégep propose à toute la communauté collégiale et, dans un second temps, à la communauté d'affaires de la région, de s'engager dans une nouvelle aventure : une grande campagne de financement. Cette campagne menée par notre Fondation constitue un levier qui permettra au Cégep de se doter d'équipements performants, d'infrastructures sportives à la fine pointe, et de soutenir  des projets de pédagogie novateurs et motivants. Il s'agit  avant tout d'une façon de s'engager collectivement à poursuivre sur la voie du développement et de l’innovation, ce qui nous stimule et fait de nous, du Cégep de Sainte-Foy, des leaders éducatifs. Nous réalisons chaque jour un travail de grande qualité auprès de nos jeunes, par la formation et les expériences de vie que nous leur offrons. Cette campagne constitue une occasion que nous mettons de l’avant et qui nous permet de nous donner les moyens d'aller encore plus loin, pour nos étudiants.

Aujourd'hui, mercredi 9 septembre, notre communauté est invitée à découvrir les 3 projets proposés. Au cours des prochains jours, nous serons conviés, tous et chacun,  à participer financièrement à la Campagne, en appui à ce que nous faisons. Nous aurons d'ailleurs de belles nouvelles à vous communiquer au cours des prochaines semaines à ce sujet.

Je vous remercie à l'avance de votre engagement dans l'innovation, l'excellence, la réussite et l'avenir des étudiants du Cégep de Sainte-Foy et de contribuer de façon remarquable, au quotidien, à la qualité de la formation qui est offerte au Cégep de Sainte-Foy.

Pour ma part, je crois en la  portée  de l’éducation pour le développement d’une société juste et équitable ;  je crois en notre mission éducative. Pour les jeunes, je m’engage ! Et vous ?  

Carole

Ça y est !

Groupe d'étudiantsÇa y est ! C’est la rentrée 2015!

À chaque année, la fébrilité des premiers jours de l’année scolaire est palpable. 6550 étudiants arrivent au Cégep de Sainte-Foy : nouvel horaire, nouveaux lieux pour certains, nouveaux défis, plusieurs choix à faire pour chacun. Voilà qui promet.

Les étudiants arrivent avec leur curiosité, leur énergie, leurs aspirations et, pour quelques-uns, les appréhensions liées à la découverte d’un nouveau contexte de formation.

 Nous sommes prêts à accueillir, accompagner, former et proposer des projets stimulants.

Vous pouvez compter sur nous tous, du Cégep de Sainte-Foy, soucieux de vous conduire à la réussite jusqu’à l’obtention du diplôme, tout en soutenant votre cheminement, les projets et les idées qui vous animent!

Carole

La fin de la session : le compte à rebours est commencé !

prof_equipe.jpgChers étudiants,

C'est maintenant  le dernier droit de la session, l'heure des travaux longs, des rapports de laboratoires, des présentations orales, des affiches de présentation, des évaluations d'épreuve synthèse, des rapports de stage, des travaux d'équipe, de l'étude intensive, des examens... Ouf !

Chers étudiants, nous savons qu'il s'agit pour vous d'une période intense. L’objectif approche à grand pas. Il ne faut surtout pas lâcher.

Bonne fin de session à tous.

Carole

Entrepreneuriat Sainte-Foy : la synergie entre le milieu du travail et le Cégep

Gala EntrepreneuriatLa semaine dernière avait lieu la soirée de clôture de la première année du projet Entrepreneuriat Sainte-Foy qui s’est déployé dans le programme Techniques de comptabilité et de gestion pendant l’année scolaire, auprès d’étudiants de 3e année. Au cours de l'année, les étudiants ont développé dix projets d’entreprise, soutenus par des mentors du milieu du travail. Des entrepreneurs, des gens d’affaires, la Jeune Chambre de Commerce de Québec, notamment, ont soutenu ces jeunes et ont eu un apport direct à la formation.

En échangeant avec les uns et les autres lors de cet événement, j’ai été fort heureuse de constater les retombées positives d’un tel projet à différents égards. En écoutant les jeunes, j’ai pu mesurer comment le développement de compétences liées à l’entrepreneuriat était décuplé lorsque les jeunes se retrouvent en contexte pratique et qu’ils ont «à se débrouiller» (comme ils le disaient eux-mêmes), pour trouver la marche à suivre et les réponses à leurs questionnements. Ils ont avoué à plusieurs reprises avoir été dans une zone d’inconfort, mais n’est-ce pas là une condition favorable à l’apprentissage, en autant que l’encadrement soit fourni? Cet encadrement était d’ailleurs bien présent, notamment par les professeurs, mais aussi par les mentors associés aux différentes équipes.

Les mentors et les gens d’affaires qui ont participé activement au projet, en venant au Cégep, en rencontrant les jeunes, en confrontant leur lecture de différentes situations, y allant de leurs conseils, ont tous témoigné de leur satisfaction à contribuer à la réalisation d’une telle expérience. Voilà une nouvelle manière fort prometteuse d’allier les forces du milieu du travail et du milieu collégial. Et les jeunes le disaient : «un conseil d’un mentor qui est passé par là, cela a du poids !»

Développer le goût d'entreprendre chez les jeunes est une préoccupation que nous partageons avec les différents acteurs socioéconomiques de la région, que ce soit le Gouvernement du Québec, la Ville de Québec, la Chambre de Commerce et d’industrie de Québec ou la Jeune Chambre de Commerce. Le Cégep de Sainte-Foy n’est pas en reste à ce sujet. Notre projet en témoigne et nous comptons poursuivre le développement en matière d’entrepreneuriat au cours des prochaines années. Mais cela, ce pourra être l’objet d’un autre billet.

Pour l’instant, savourons cette réussite et qui sait, peut-être retrouverons-nous quelques nouveaux entrepreneurs issus de cette première cohorte d’étudiants du programme Techniques de comptabilité et de gestion.

Le français, une force pour ma vie!


Dictee.jpg

Dans cette Semaine du français, au Cégep de Sainte-Foy, plusieurs activités, plusieurs échanges, plusieurs expériences avec les mots… Et, du plaisir à se dépasser.

La dictée de la DG, lundi a parti le bal! Une dictée de 300 mots environ, avec de bons défis et notre vocabulaire qui s’enrichit. Consultez votre dictionnaire : coruscant, flaccide, vaticinations. Qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire?

J’aime jouer avec les mots, défier les règles de grammaire, découvrir de nouvelles expressions, remplir les grilles de mots croisés, etc. L’univers des mots et du français est riche. L’exploiter de différentes manières dans cette Semaine du Français - Objectif sciences -  au Cégep revêt un plaisir que nous partageons à plusieurs.

À cette occasion, quelque 1 500 étudiants et membres du personnel ont pris part aux activités proposées, dont près de 900 ont assisté à la conférence-démonstration du vulgarisateur et animateur scientifique Martin Carli. Au total, 207 personnes ont aussi relevé le défi du concours de twittérature. Bravo aux participants et à ceux qui les ont encouragés en marquant leur préférence. Je vous soumets la mienne :

« Je trouvai une roche chaude. Je jouai avec, et elle aussi avec moi. Prix Nobel, nos belles années. Puis, tumeur. Tu meurs. Marie Curie. »

Bon congé de Pâques à tous et pourquoi ne pas en profiter pour se délecter d’un bon roman?

Carole

Soutenir et valoriser l’enseignement supérieur au Québec – vraiment ?

Ce_gep.jpgJuillet 2014 – Novembre 2014 – Mars 2015 : trois compressions majeures au budget du Cégep de Sainte-Foy, tout comme à celui des autres cégeps du Québec  et cela, sans compter celles qui ont précédé au cours des quatre dernières années.

Non seulement j’exprime ma grande déception de voir cette série de restrictions s’alourdir encore maintenant, mais je suis fort inquiète. Rareté de main-d’œuvre, société du savoir, proportion des jeunes en baisse dans la population, développement économique, avancées technologiques, plusieurs défis sont à relever quotidiennement et à plus long terme au Québec. Ne reconnaissons-nous pas que l’éducation est un pilier sur lequel miser pour faire face à l’adversité, augmenter le niveau de conscience d’une société et générer des idées, des solutions à des problèmes complexes?

L’enseignement au niveau supérieur, dans la société québécoise, est de première importance; les gouvernements qui se succèdent le reconnaissent par différentes déclarations, en divers contextes. Toutefois, après autant de coupes, comment y croire? Comment vraiment penser qu’autant de restrictions n’affecteront pas l’ampleur des services offerts, leur qualité, leur accessibilité? Comment peut-on l’affirmer avec autant d’aplomb ?

Je suis inquiète, très inquiète. Le Cégep de Sainte-Foy a toujours à cœur ses étudiants, leur cheminement, leur réussite. L’ensemble des personnels, à partir de pratiques éprouvées et concertées, est mobilisé autour de cette mission et de la qualité de l’enseignement et des services offerts. Nous nous relevons les manches à chaque mauvaise nouvelle, mais celle-ci nous atterre. Nous nous redresserons et ferons encore tout ce qui est possible pour servir au mieux les étudiants, la région. Nous ferons face avec notre créativité, notre solidarité et notre «courage collectif». Mais, je crois, qu’inévitablement, nous le ferons un peu moins «mieux» qu’auparavant…  J’en suis fort déçue, nous en sommes tous fort déçus…

Messieurs Couillard, Coiteux et Leitao, vous mettez en péril le développement du Québec par cet affaiblissement continu de l'enseignement supérieur et, par le fait même, l'affaiblissement des cégeps.

Carole Lavoie
Directrice générale

Un DEC en Sciences humaines du niveau collégial : un préalable à l’inscription à l’université des futurs enseignants?

138_141120_C_CSF.jpgLe débat a cours actuellement autour de la formation des enseignants du primaire et du secondaire, de leur performance en français et de manière plus générale de leurs connaissances générales et spécialisées. On remet en cause la qualité de leurs acquis antérieurs; on questionne la maîtrise de différents champs disciplinaires. Antoine Robitaille, éditorialiste au Devoir, y va du commentaire suivant : «Connaître à fond sa matière, en être passionné parce qu’on possède un diplôme dans celle-ci, confère souvent bien plus d’autorité stimulante que des trucs de gestion de classe.»

Pourquoi banaliser la question pédagogique en la mettant en perspective avec la maîtrise du contenu enseigné et les connaissances des enseignants? Ce débat n’est-il pas vain? Nous reconnaissons que notre société a besoin d’excellents pédagogues, maîtres de leurs contenus et passionnés non seulement par leur matière, mais aussi par leurs interventions éducatives et la manière de les améliorer de façon continue.

Nous voulons tous les meilleurs enseignants qui soient, pour former les enfants et les jeunes. Pour cela, des pistes d’amélioration émergent : sélection à l’université sur la base d’une cote R plus élevée dans les programmes des maîtres, nouveau test d’entrée en français à l’université (rappelons que les étudiants au collégial doivent déjà avoir réussi l’épreuve uniforme de français pour obtenir leur DEC…), nouveaux cours de formation générale obligatoires au cégep (tel un cours d’histoire), valorisation de la profession enseignante... Que vaut chacune de ces propositions?

On ne peut les juger une à une, mais bien en les mettant en perspective les unes avec les autres et en regardant le contexte plus global de la formation. En ce sens, une autre hypothèse me vient en tête. Plusieurs programmes universitaires sélectionnent non seulement en fonction de la force générale des étudiants (en tenant compte de leurs résultats au niveau collégial traduits par la cote R), mais aussi en exigeant une base de connaissances spécialisées. Il ne viendrait à l’idée de personne de remettre en cause le DEC en sciences de la nature pour accéder à un programme d’une faculté des sciences et du génie ou d’une faculté des sciences de la santé. Or, aucun préalable spécifique n’est requis pour les étudiants qui envisagent une inscription à la formation des maîtres. Pourtant, le programme de sciences humaines, avec les cours obligatoires de psychologie, d’histoire et d’économique, de même que les cours de spécialisation, fournit une base solide aux étudiants qui leur serait particulièrement utile, voire indispensable, s’il envisage un tel cheminement à l’université. Au Cégep de Sainte-Foy, le programme de sciences humaines permet d’explorer, d’approfondir et d’intégrer des connaissances du niveau de l’enseignement supérieur dans dix disciplines : psychologie, histoire, économique, géographie, sociologie, sciences politiques, anthropologie, sciences de la religion, administration et civilisations anciennes. Ne s’agirait-il pas là d’un pas dans la bonne direction, pour un rehaussement des acquis de niveau collégial pour la formation universitaire des futurs enseignants?

Je crois que oui!

Carole

Viser la santé – soutenir la réussite!

blogue_02.jpgLors de la semaine de prévention du suicide, j’ai eu l’occasion de croiser deux intervenants du Service à la vie étudiante - Socio, Bonaventure et Maude, qui, munis de leur gentillesse et de leur tampon encreur, arpentaient les corridors pour inscrire dans l’agenda des étudiants cette pensée :   Je suis là pour toi.  «Pour certains, l'arrivée au Cégep est le début d’un passage à la vie adulte, il s’agit d’un évènement qui est synonyme de profonds changements, de nombreuses perturbations, mais surtout de multiples interrogations », m’expliquait Bonaventure.  « Notre rôle dans tout ça? Faire en sorte que leur séjour au Cégep soit une expérience agréable et enrichissante, qui leur permettra d’en apprendre davantage sur eux-mêmes, de façon à les aider à faire des choix qui leur ressemblent dans le futur. »

J’étais particulièrement touchée de les voir ainsi aller vers les étudiants qui les accueillaient, sourire aux lèvres, et qui y allaient de commentaires chaleureux. Ne voilà qu’un exemple des activités que nous mettons en œuvre, au Cégep de Sainte-Foy, pour nourrir un climat positif. Notre préoccupation pour la santé des étudiants, autant physique que mentale, ne se dément pas et s’exprime fortement et de multiples façons. Mis en place sous l’impulsion de notre comité Cégep en santé, SAMA – espace équilibre est une nouvelle initiative qui en témoigne.

En sanskrit, Sama signifie calme, apaisement, quiétude et équilibre. Pour une première fois, nous offrons aux étudiants une programmation d’activités de yoga, de techniques de respiration, de méditation et d’espaces de pauses qui, en plus de contribuer à une bonne santé physique, favorisent la concentration, la stabilité émotionnelle et la tranquillité de l’esprit et réduisent les effets du stress et de l’anxiété. Pour nos étudiants, voilà une autre façon, douce et attentive, de les soutenir et de veiller à leur réussite. Le Cégep de Sainte-Foy, un cégep à caractère humain, soucieux de la réussite, mais aussi du bien-être de l’ensemble de sa communauté!

À la veille de la semaine de relâche, je souhaite à chacun des étudiants de prendre un temps pour faire un pas vers la santé…

Carole

L'éducation, un enjeu de société qui nous mobilise...

Étudiants

L'éducation, c'est un investissement, non pas une dépense ; un investissement pour le développement des personnes et de leur capacité à assumer un rôle actif dans la société;

Lire la suite ...

Centraide, pour l’avancement de notre société, de notre monde!

Centraide

Ma  motivation à m’engager haut et fort envers Centraide est sans équivoque et de même nature que mon engagement en éducation : celle de contribuer à l’avancement d’une société égalitaire, soucieuse de toutes les personnes et particulièrement de celles éprouvant des difficultés.

Lire la suite ...

- page 2 de 5 -