Comme directrice générale d’un établissement d’enseignement collégial d’importance de la région de Québec, je suis aussi d’avis que l’éducation est laissée pour compte dans cette campagne électorale et qu’au-delà des frais de scolarité, il y plusieurs autres objets desquels nous aurions à nous préoccuper : le taux de passage du niveau secondaire au niveau collégial, la capacité des collèges d’offrir une formation pertinente et renouvelée en temps requis, les défis de l’intégration des étudiants ayant des besoins particuliers, les compressions budgétaires des dernières années et leur impact sur l’offre de services des cégeps... Il reste à peine deux semaines à cette campagne… Pourrons-nous entendre les chefs de parti aborder cette question cruciale que représentent le déploiement et le développement de l’enseignement supérieur au Québec?

Carole