Lors d’un téléjournal diffusé il y a quelques jours, des jeunes faisaient part de leur désarroi vis-à-vis de la campagne électorale actuelle et de la place qu’on y accordait à l’enseignement supérieur. En 2012, alors qu’on émergeait d’une crise importante au centre de laquelle se retrouvaient des questions centrales liées à la place de l’éducation et de l’enseignement supérieur dans le développement de notre société, voilà aujourd’hui que c’est à peu près le silence radio sur la question. Or, n’est-il pas reconnu d’emblée que pour l’essor de la société, l’éducation est aux premières loges? Comment nourrir un projet de société prometteur sans y référer?